CONCOURS D'AFFICHES : BONNE OU MAUVAISE IDÉE ?

Qu'on se le dise tout de suite, dès que j'entends "concours d'affiches", mon sang ne fait qu'un tour! Mais pourquoi? S'énerver (gentiment :P) ne sert pas à grand chose, alors je vais tenter d'expliquer pourquoi les concours d'affiches sont le mal absolu pour les professionnels de l'image et pourquoi il faut s'en méfier.

1)  Économies encore et toujours

Certes je conçois tout à fait qu'une petite association soit soucieuse de ses dépenses jusqu'au moindre centimes. Encore une fois, c'est humain de vouloir chercher le plus bas. Maintenant est-ce normal de fixer son propre prix en guise de "récompense"? Prix qui - bien-sûr- n'est absolument pas le reflet de la prestation effectuée. Parce que OUI, c'est une PRESTATION, tout comme le fait d'imprimer les affiches par la suite, c'est une P-R-E-S-T-A-T-I-O-N. Mais bien sûr, pourquoi payer quelqu'un alors que quelqu'un serait prêt à la faire gratuitement? (ou pour un semblant de récompense)

2) Le trafic!

Tiens? Qu'est ce qui pourrait générer du trafic sur son blog/page web/page Facebook sur du moyen/long terme, fidéliserait un public sur le-dit support, engagerai un trafic plus ou moins journalier sans dépenser de grosses fortunes? BINGO => le concours d'affiches! Ba oui, d'une part il y a création de contenu (ce n'est pas toujours évident d'avoir des choses à raconter), qui plus est régulier (un jour/une nouvelle affiche). Ensuite, pour faire vivre un petit peu ces affiches, il faut voter bien entendu! Alors quitte à faire voter quelqu'un, autant que ça soit le public, c'est plus intéressant que 4 pauvres jurys! Hop, ça génère des likes, des commentaires et tutti cuanti!

3) Professionnels : réel outil de promotion?

Alors oui, moi-même, mettant mon éthique de côté, plein de fois je me suis dit que participer à ce type de concours serait peut-être bénéfique pour développer ma présence sur la Soule et me faire connaître. Plein de fois je me suis dit "oh puis allé, ça ne va pas me prendre beaucoup de temps, j'y vais!". Oui sauf que non. Déjà mon éthique a toujours repris de le dessus et ensuite je me suis posé les bonnes questions, à savoir :
  • qu'est ce qui fait de moi une professionnelle, à la différence de Kévin, le cousin de ma voisine qui a cracké Photoshop? Réponse : déjà, je n'ai pas cracké Photoshop ni le reste. Et rien que ça, ça pèse beaucoup! Que j'utilise ou que je n'utilise pas ma suite Adobe, tous les mois je suis prélevée d'une jolie somme rondelette. Ensuite... les études! L'histoire de l'art, les analyses d'images et compagnie... ba c'est bibi qui l'a fait, pas Kévin.Mes charges, mes obligations...bref, tout ce qui fait de moi une "micro-entreprise" et pas uniquement la "nana qui kiff faire des bricoles".
  • est-ce qu'il vaut mieux présenter ses travaux professionnels (on vous a choisi VOUS et pas quelqu'un d'autre), plutôt qu'une affiche tirée d'un concours ouvert à toutes et tous ?
  • est-ce qu'il y a un retour sur investissement ? (pas l'investissement de l'association/entreprise, mais le votre) Pas sûre! Certes on va vous féliciter une fois pour la création de l'affiche, mais après? Suivant les conditions du concours, il y a des chances que vous devrez le visuel à l'entreprise/association qui l'organise, donc personne ne saura que c'est vous qui l'avez faite cette belle affiche!
  • on parle d'économie pour l'entreprise, mais moi, qui propose cette prestation, combien j'aurai gagné si l'on m'avait sollicitée pour a réalisation de cette affiche? Plus que ça! Ba oui, juste pour info, moi aussi j'ai un loyer à payer et je gagne ma croute en réalisant des affiches.
  • enfin : toi, professionnel qui participe aux concours, tu n'as pas l'impression de te tirer une balle dans le pied? Moi j'aurai cette impression en tout cas! Je me bats pour qu'on arrête de penser que les métiers de l'image et du web sont accessibles à tout le monde sous prétexte d'avoir internet et qu'une image est soit disant juste "belle ou moche". NON NON ET NON. Je m'arme de mon exemple fétiche : j'ai une paire de ciseaux chez moi, c'est pas pour autant que je vais aller me couper les cheveux moi-même et me proclamer coiffeuse! NON, je vais payer une professionnelle. Or en participant à ce genre de concours, on est en plein dans la banalisation de notre métier... Tiens! J'irai bien demander à garagiste de refaire toute ma voiture à neuf, parce que c'est bien pour sa communication! (Ironie inside- au cas où).
Pour finir, je vais citer l'AFD (l'Alliance Française des Designers)

Le designer reconnu doit montrer l’exemple

C’est au premier chef, sa responsabilité de professionnel de première ligne. Ses références et son image, facilitent son argumentation quand il s’attache à expliquer pourquoi il ne fournit pas ses services gratuitement. Il doit insister auprès de son client sur le fait ; que dans le cas de figure de «recommandation spontanée», les retours escomptés risquent d’être insignifiants et impropres à la réflexion qu’il souhaite mener.
Ce message doit se transmettre aux débutants qui risqueraient d’entrer dans un système de concurrence déloyale.
   

Je profite des fêtes de fin d'année pour faire un petit tour ici! Le coma post-fêtes sévissant encore!

Alors reparlons de la phrase qui tue!

"J'ai fait mon site tout.e seul.e pour essayer"

Ma réaction extérieure :

Ma réaction intérieure :

Tiens?! Si j'allais construire ma maison moi-même, pour essayer? On verra bien ce que ça donne!

Bien que je comprenne tout à fait qu'on préfère forcément le moyen le plus économique, il faut aussi se poser les bonnes questions!

Pourquoi un site sur les plateformes gratuites sont si peu chères? Pour plusieurs raisons ma bonne dame! (Ou mon bon monsieur, of course!). D'une part, parce que vous n'êtes pas professionnel. Vous n'êtes pas professionnel et rien que cet argument peut suffire! Certes, le site sera simple à réaliser, mais derrière cette facilité d'utilisation, savez-vous ce qu'il se passe sur un site web? Oui? Non? Non. Donc vous allez créer votre site internet comme vous l'aurez voulu/imaginé/laisser porté mais derrière vous n'avez pas les connaissances nécessaires pour savoir si vous avez fait un bon site internet au sens le plus large.

Un site internet doit être aussi bon que performant. Oui parce que bon, les sites avec des couleurs fluo et compagnie... on oublie tout de suite hein, c'est votre opticien qui vous remerciera!

Un site performant

Les sites se doivent d'être performant, tant au niveau de la rapidité d'affichage, mais aussi, ce qui n'est pas forcément quantifiable : l'expérience utilisateur. Est-ce que vous, Micheline, vous savez ce que c'est l'expérience utilisateur? Non? Vous devriez vous en soucier! C'est cet élément qui fera que votre client partira très vite ou non de votre site!

Tous les aspects techniques qu'un webdesigner a acquis, tous ses conseils, son esprit critique, vous ne l'avez pas et encore moins les plateformes de ces sites. L'aspect technique vous ne pourrez pas vous en passer dans un bon site internet. Il est essence même du bon fonctionnement de celui-ci, un beau site n'est pas forcément un bon site, et vice-versa.

Vous êtes tous seul!

Micheline a fait son site internet, le temps passe, Micheline n'aime plus son site internet fluo. Que peut faire Micheline? Eh bien... elle recommence tout à zéro! Ces plateformes ne vous accompagneront jamais dans vos démarches, vous êtes seuls de A à Z. Lors de votre création, en cas de problèmes, si vous n'aimez plus vitre site et j'en passe...

Un prestataire à l'écoute...

Contrairement aux plateformes de créations de sites "gratuits", nous sommes à l'écoute de notre client. Après l'avoir écouté, nous savons ce qui est le plus adapté pour lui, où il veut aller, quel est son but. C'est pourquoi, avant, pendant et après chaque prestation, nous nous assurons que le client soit heureux et fier de son site internet. Nous aimons notre métier et voulons le partager en faisant de belles prestations, de beaux sites... c'est pourquoi nous voulons suivre nos clients jusqu'au bout et ne jamais les laisser seuls.

Dernier conseil : n'oubliez pas qu'un site est votre marque, votre vitrine. Ne voulez-vous pas être fier de cette vitrine? 😉

Nombreuses sont ces publicités alléchantes ou bien même ces "pseudos" professionnels qui attirent le client avec des offres de réalisations de site internet à des prix imbattables! Bien sûr, tout le monde ne peut pas mettre 10 000€ dans un site internet et avoir un site internet à 500€ laisse rêveur! 

Alors combien coûte réellement un site internet ? 

Bien sûr, le prix d'un site internet évolue selon différents facteurs : le type de site internet, le nombre de pages, des fonctions spécifiques à inclure etc... Facteurs qui peuvent faire varier les prix du simple au double.

La prix de la prestation varie d'autant plus à qui vous faites faire votre site : un freelance ayant des contraintes financières "plus souples" qu'une agence, ses prix pourront - dans certains cas - l'être aussi.

On estime que pour un webdesigner junior, le tarif journalier peut commencer à 300€/jour alors qu'un webdesigner senior commencera à 500€/jour. Leur prix prennent en compte leurs charges, l'achat du matériel, ainsi que les licences des logiciels.

Excepté si le prestataire travaille en une seule journée (avec un nombre de pages allant de 1 à l'infini), s'ajoute à cela le paramétrages des fonctionnalités additionnelles, la personnalisation du site etc... il est difficilement possible d'avoir un site à 500€.

Qu'est ce qui se cache derrière ces offres alléchantes?

Vous l'aurez compris, un prix si bas défie toutes concurrences, à mauvais titre. La personne qui propose cela est-elle suffisamment qualifiée? Comme déjà dit ici avec l'accès internet qui s'est généralisé, tout le monde -ou quasiment- à internet chez lui, rendant ainsi l'accès à l'information, aux ressources etc... plus aisée. Or, je rappelle qu'être webdesigner, c'est un métier. Le prestataire digne de ce nom a fait des études pour arriver là où il en est, il sait ce dont il parle, il connait les principes de conception des sites. Il ne s'est pas simplement dit un dimanche après midi qu'il allait gagner de l'argent comme ça.

Il maîtrise ses outils, a de l'expérience, conçoit le site en pensant aux autres aspects du web (référencement, ergonomie, hiérarchisation etc...).

Un "zozo" qui s'amuse à faire des sites internet le dimanche sera vite être coincé dès que le premier bug apparaîtra. Il sera coincé ET n'aura pas le temps nécessaire pour résoudre le problème. Alors qu'un professionnel, oui. 

Pour finir, un professionnel a la "culture web". Dans notre métier, nous sommes souvent des passionnés de longue date, nous mangeons web, nous dormons web. 

Il faut considérer  un site internet comme un investissement sur le long terme. S'il est bien réalisé dès le début, il peut vous épargner de nombreux coûts additionnels. C'est comme si nous comparions l'achat de voiture :  voulez-vous une voiture d'occasion peu chère ou une voiture neuve? 

 

Les métiers de la communication sont mal vus. Pourquoi? Tout simplement parce que nous travaillons avec un ordinateur (et avec une connexion internet) et qu'à partir de ce moment là toute personne pense qu'il est simple de créer un logo vu quasi tout le monde a un ordinateur chez soi/ a un cousin qui a cracké Photoshop / sait utiliser Paint etc... Alors oui dans les faits, tout le monde pourrait le faire, sauf que comme j'aime bien l'expliquer, chez moi j'ai aussi une paire de ciseau, c'est pas pour autant que je me proclame coiffeuse et que si je tentais de me couper les cheveux moi-même cela serait une réussite. NON.

 

Matériels & tutti cuanti

Déjà, d'un point de vue matériel, j'ai investi dans du matériel performant. Un matériel adapté à mon activité, un matériel qui me permettra de travailler de manière adéquat. 

Photoshop : je ne sais combien de petits génies iront clamer haut et fort qu'ils ont cracké Photoshop. GÉNIAL vous êtes débrouillards! Plus sérieusement, oui c'est très bien, cela dit, quand nous sommes une réelle entreprise, nous nous devons d'avoir une éthique et d'être en règle. Alors oui, je paye ma licence Adobe tous les mois, alors oui, ça fait mal au budget de Sarea Communication, mais au moins je peux travailler sereinement avec les outils ADAPTÉS (parce que non, on ne fait pas une brochure avec Photoshop uniquement ou un logo avec Photoshop, non.)

 

Savoir-faire

Revenons à notre coiffeuse. Si elle en est là où elle est, c'est qu'elle a reçu une formation, c'est qu'elle s'est entraînée encore et encore. C'est qu'elle s'est spécialisée... Tout comme nous, les graphistes.

Chaque parcours est spécifique à chacun, cependant, ce n'est pas avec 2/3 vidéos regardées sur Youtube que l'on devient graphiste. Nous aussi nous avons été formés, nous nous sommes entraînés, nous avons une "culture" du graphisme, notre sensibilité... Un œil de graphiste est plus aiguisé  à l'esthétisme. De plus, nous sommes passionnés par notre métier, tout notre environnement nous rappel notre métier. Quand une personne "lambda" regardera une affiche dans la rue, elle regardera plutôt la marque ou le service présenté, de mon côté je m'attarde plutôt sur les couleurs, les choix de typographies etc...De ce fait, nous restons à l'affût des tendances en matières de graphismes, et tout comme les nouvelles technologies, les tendances changent TRÈS VITE (non le Comic Sans n'est toujours pas à la mode.)

Alors non, demander au cousin de nous faire un logo, c'est tout sauf une bonne idée.

 

Expertise

Quand un client vient vers nous pour la création d'un logo, nous ne nous mettons pas derrière notre logiciel dès le 1er rendez-vous terminé. 

La création d'un logo est une succession de multiples phases, qui, au final, nous mène à une piste. Nous analysons les besoins du client, la pertinence de sa demande, la cible etc etc... c'est un ensemble qui fait que nous lui proposons le logo final. Pas "parce que c'est le logo de MachinTruc et que c'était sympa pour TrucBidule".

C'est pour cela que la réalisation d'un logo à un coût. Que celui-ci peut être adapté en fonction de la demande, mais cela ne veut pas dire qu'il doit être synonyme de travail bâclé. 

 

 

Etre freelance peut rebuter pas mal de gens, en effet, c'est loin d'être facile tous les jours!

Alors pourquoi?

Très autonome depuis très longtemps, être freelance avait beaucoup d'aspects qui m'intéressaient. Autonomie, polyvalence, diversité, organisation, aventure (parce que ça en est une!)... tous ces aspects qui font que l'auto-entreprenariat n'a absolument rien à comparé avec un travail salarié.

Une souplesse d'un point de vue organisation : exit les horaires de travail fixes, les déplacements quotidiens etc... à partir du moment où je dispose d'une connexion internet et de mon ordinateur, je peux travailler de n'importe où. De même que je gère moi-même mon planning. Il m'est déjà arrivé de devoir enchaîner tout un weekend de travail en raison d'un délai ultra serré alors que la veille j'attendais les documents du client. C'est le jeu. Mais au delà de ça, des weekends travaillés, le freelance doit savoir s'organiser afin de gérer au mieux les imprévus de dernière minute.

Construire un projet de A à Z : le fait de tout gérer, de notre coeur de métier, aux aspects plus formels d'une entreprise comme de l'administratif ou de la comptabilité. Chaque chose est importante dans l'activité de son entreprise. Pas d'entreprise sans compta et sans admistratif, pas d'entreprise sans activités.

Qui plus est, suivre et gérer un projet de A à Z est gratifiant. En accord avec les souhaits du client, nous menons le projet là où il devait être amené, nous suivons chaque étape du processus.

Aussi, je trouve qu'avoir un interlocuteur unique rend la relation de confiance plus forte. Le client sait qu'il peut compter sur moi peut importe la demande. Peu importe la demande ou la problématique je lui explique si c'est pertinent ou non, si ça ne l'est pas, il sait pourquoi et s'il l'est je mets tout en oeuvre pour arriver au but souhaité.

Tout d'abord commençons par le commencement : Qui je suis?

Je suis Mélanie Algrain, j'ai 25 ans.

Je suis belge (une vraie de vraie), née à Bruxelles, mais après y avoir vécue quelques courtes années, ma famille a déménagée en Isère, là où j'ai passé la plus grande partie de ma vie.

Armé de mon Bac STG option Communication, je fais une halte de deux ans près de Rouen pour préparer un DUT Services et Réseaux de Communication.

Une fois mon DUT obtenu, c'est au Pays Basque et plus précisément à Bayonne que je pose mes valises. J'y obtiens ma Licence Professionnelle Systèmes Informatiques et Logiciels à Anglet.

Une opportunité professionnelle m'a fait découvrir la Soule. Et c'est là que tout démarre réellement.

En février 2016, je créé Sarea Communication, où je gère tous les aspects de la communication des entreprises ou des associations. A savoir : la création de sites internet, la création de logos, brochures, affiches, flyers etc... ainsi que la présence et les mises à jour des réseaux sociaux.