Se lancer et entreprendre

Lorsque j’ai démarré l’aventure Sarea Communication, je me suis donné des objectifs, car ce sont eux qui font avancer et qui permettent de garder un cap.
Le premier de mes objectifs était bien entendu de vivre de ma passion. Pouvoir vivre de ce pourquoi j’ai été formée sur plusieurs années (et dont je me forme toujours). Que ces années d’études ne soient pas vaines, passées aux oubliettes et quelles me servent dans mon quotidien.
Mon activité est bien plus qu’un passe-temps et bien plus qu’une passion, je vis littéralement à travers elle.

Je mange et je dors Sarea Communication (au grand damn de santé mentale 😅).

Évoluer et se développer

Le deuxième objectif était de me développer.
Pendant longtemps j’ai caressé l’idée de partager mon quotidien de mini-entrepreneuse avec quelqu’un qui viendrait compléter mes compétences et ainsi proposer une offre beaucoup plus globale à mes clients. Parce que j’en avais l’envie mais également parce qu’une « entreprise qui réussit » se doit de s’associer, d’embaucher aux yeux du monde.

Échaudée par les opportunistes qui se sont présentés à ma porte et presque 6 ans après avoir démarré ce formidable roller-coaster qu’est mon métier, mais surtout après m’être posé les bonnes questions, je n’ai clairement plus cet objectif en tête.

Démarrer et rester petit

On ne peut clairement pas dire que je n’aime pas les défis, bien au contraire (démarrer une activité de graphisme et web dans une vallée rurale, il fallait clairement que je m’accroche). Simplement, cette notion de l’entreprenariat de grossir et s’associer, ne correspond plus à mes attentes.
Ce que j’aime par dessus tout, c’est de prendre le temps. Prendre le temps de parler à mes clients, de comprendre leurs buts quand ils viennent me voir, les aiguiller, les guider, quitte même à leur dire qu’ils n’ont pas besoin de moi.

Je ne veux pas d’intermédiaires. Les réussites, c’est moi, les boulettes, c’est également moi ! Il n’y a pas plus simple comme mode de fonctionnement.

C’est ainsi que je veux continuer par la suite : je ne me bats contre aucun de mes concurrents. Grand bien leur fasse si certains clients préfèrent aller les voir plutôt que moi. Je ne suis clairement pas dans ce jeu là.
Non, mon combat à moi, c’est contre moi-même que je le mène. C’est m’améliorer, techniquement et humainement.
C’est le fait de regarder le chemin parcouru et de voir ce qu’il me reste encore à accomplir.

Mais c’est aussi d’apprendre, encore et toujours ! Apprendre avec les professionnels qui m’entourent, avec qui j’ai la chance de travailler mais c’est également d’apprendre avec mes clients.

Travaillons ensemble & discutons de votre projet

Laissez un commentaire